[creer site web] [creer site internet] [creation site internet] [pour débuter]
[système solaire]
[ciel profond]
[constellations]
[philastro]
[philastro]
[]
[système solaire]
[sites amis]
[accueil]
[système solaire]
[ciel profond]

Quoi de neuf ?

(Septembre 2013)

 Dans système solaire : Les diamètres apparents moyens des planètes pour le mois de janvier 2013

                                      et les périodes favorables pour observer les planètes le soir.

Quoi de neuf ?

(novembre 2017)

Dans Système solaire

Cliquer pour voir les diamètres apparents des planètes et les périodes favorables pour les observer le soir

L'image du mois

L'astéroïde Oumuamua a une forme extrêmement inhabituelle

 et serait d'origine interstellaire.

Pour un rappel des "Image du mois" précédents

Revue de presse

Suite

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

Dans Ciel profond

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

  

  

  

  

  

Scènes de chasse à la météorite.


En France, un réseau de surveillance d'une centaine de caméras traque les chutes de météorites. Bientôt, les citoyens seront invités à participer à de gigantesques battues pour récupérer au sol ces pierres célestes.


Les fougères leur arrivent aux épaules, voir au-dessus de la tête. La chaleur est moite en cette journée d'été caniculaire. Pourtant, rien ne freine la persévérance de la dizaine de spécialistes des météorites venus arpenter un hectare de forêt près de la Ferté-Saint-Cyr (Loir-et-Cher). Parmi eux il y a notamment Brigitte Zanda, responsable de la conservation des météorites au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et Mirel Birlan, chercheur à l'IMCCE. Sont également présents des amateurs mordus de pierres célestes, comme Renault Trangosi, garde forestier et animateur bénévole de l'Uranoscope d'Ile de France qui, semblant tout droit sorti d'Indiana Jones , écarte les fougères d'un mouvement sûr et rapide pour fouiller le sol.

Comment retrouver une pierre grosse comme un poing perdue dans cet amas de feuilles et de brindilles ? Vu de l'extérieur l'exercice peut sembler vain. "Pourtant au XIXe siècle, on récupérait en moyenne une météorite tous les deux ans en France, explique Brigitte Zanda. Peu de gens savent aujourd'hui les distinguer d'un vulgaire caillou, et les agriculteurs n'arpentent plus guère les champs, ce qui explique qu'on en retrouve quasiment plus. De plus, à cause de la pollution lumineuse, nous avons moins d'occasion de repérer à l'oeil nu la traînée brillante de ces bolides quand ils entrent dans l'atmosphère".

Or, les astronomes ont toujours besoin des météorites, vestiges presque intacts des débuts du Système solaire, il y a 4,5 milliards d'années. Et elles pourraient potentiellement livrer autant d'informations sur les astres qu'une mission spatiale de collecte d'échantillons sur un astéroïde ! C'est donc à l'initiative d'une équipe de l'observatoire de Paris et du MNHN,associée au laboratoire d'astrophysique de Marseille, du CNRS et des universités Paris-Sud et Aix-Marseille, qu'a été mis en place en mai 2016 le réseau Fripon. Une centaine de caméras réparties sur le territoire filment la voûte céleste 24 heures sur 24 sur 360°, pour détecter tout objet de plus de 10 cm de diamètre traversant l'atmosphère. Puis un logiciel estime sa trajectoire et donc sa zone probable de chute. L'alerte n'a plus qu'à être donnée pour que les chercheurs se précipitent sur le terrain avant que la météorite ou ses débris ne soient recouverts de feuilles, de terre, de neige....

Grâce à un Fripon, les astronomes espèrent en 10 ans calculer l'orbite d'un millier de bolides et ramasser 50 à 100 pierres, puisqu'on estime qu'il en tombe une dizaine par an en France. Mais nous n'en sommes pas là !

En un an, les chercheurs ont pu identifier un point de chute pour trois météorites, mais n'en ont pas trouvé une seule. Car pour que ce scénario idéal se réalise, il faut maîtriser totalement trois paramètres.

                                                                                                                                       Suite dans Ciel et Espace Novembre 2017